Le Grenelle de l’environnement a établi un relevé de conclusions qui a conduit à certaines propositions.

La table ronde « Déchets » déduit de ses travaux que :« Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas à double titre : il constitue une perte nette de matière et une pollution potentielle. L’amorce de découplage entre croissance et production de déchets, constatée ces deux dernières années, doit se poursuivre : elle préfigure ce que pourrait être une économie consommant peu de matières premières et respectueuse de l’environnement. ».

La déclinaison chiffrée de cette politique a conduit à la fixation des objectifs suivants :

pour les 5 prochaines années, réduction de 5kg par an et par habitant chaque année,
soit 25 kg en 5 ans,

pour 2012 : 35% des déchets ménagers et assimilés orientés vers le recyclage en matières organiques, 45% pour 2015,

objectif de diminution des déchets destinés à l’enfouissement ou à l’incinération: 15% à l’horizon 2012.

Face à ce défi, nous pensons que l’économie sociale a un rôle central à jouer dans la réflexion sur les problématiques environnementales collectives. Partenaire des collectivités, les structures de l’économie sociale et solidaire sont source d’innovation et se doivent d’accompagner les changements sociétaux.